Les gens positifs vivent-ils dans le monde des Bisounours?

A en croire l’entourage, cela pourrait passer pour un défaut d’être positif.

N’avez vous jamais dit ou entendu dire: « Oui mais pour toi, c’est facile d’être positif » ou bien « on ne vit pas dans le monde des Bisounours ! » ?

On reproche souvent aux personnes positives de manquer de réalisme, de ne pas avoir les pieds sur terre, de toujours voir les choses en rose, de vouloir minimiser la situation alors que c’est évident « TOUT va mal », pour exemple :

La vie est dure, le monde se porte très mal, le terrorisme, la famine, la pollution la délinquance ne m’en parlez pas, l’impolitesse des gens, mon collègue du travail qui se lève régulièrement du pied gauche.

Bref. Les gens sont tous des méchants ! 🙂

Les personnes dites « réalistes » sauront vous expliquer que ceci n’est pas du scepticisme, mais bien la réalité, il suffit d’ouvrir les journaux pour le confirmer!

Pendant longtemps j’ai cru à ces paroles, les preuves sont tellement concrètes et 95% des personnes rencontrées vont généralement vous rapporter la même opinion. Alors on finit par se conformer..

Mais ça, c’était avant.

NOUS AVONS TOUS UN cadre DE Référence DIFFÉRENT

Comme nous l’expliquent Richard Bandler et John Grinder, les fondateurs de la PNL (Programmation Neurolinguistique), dont les recherches ont fondé les théories sur la Communication, le cadre de référence englobe notre culture, notre éducation, notre religion, notre expérience personnelle qui va créer nos convictions, les idées que nous avons sur nous-même, sur les autres et sur le monde, sur la vie en général.

Bref, c’est nous quoi !

C’est ce qui fait que nous sommes uniques. Nous sommes différents de nos propres frères et sœurs, car si sur certains points nous nous ressemblons, sur d’autres « y’a rien à voir, circulez ! » comme dirait Coluche.

Vous en conviendrez que par conséquent chaque histoire étant unique, nous avons développé une vision du monde qui est la notre et uniquement la notre, qu’elle n’est pas LE monde, c’est notre VISION du monde, notre réalité, et non LA réalité.

Vous me suivez ?

Cette notion est à mes yeux primordiale car lorsque vous en serez convaincu, vous serez prêt à accepter que votre carte du monde vaut aussi bien que celle de votre interlocuteur (et vice versa), et qu’en essayant d’avoir des informations sur le modèle du monde de l’autre, vous pourrez construire une communication plus efficace, vous serez moins dans le jugement et vous vous enrichirez peut-être à aller visiter le monde de votre interlocuteur, qui sait? 😉

NOUS AVONS TOUS LE CHOIX

Nous ne sommes pas obligés de penser comme la plupart des gens. De trouver les défauts à toute situation, ou à toute personne, de relever le négatif ou le désagréable à chaque instant ou régulièrement du moins.

Et vous savez pourquoi ?

Être positif n’est pas une prédisposition avec laquelle on naît ou pas.

Être positif est un choix.

Certaines personnes disposent presque naturellement de cette qualité qu’elles auront développée tôt dans leur enfance, et tant mieux pour elles, c’est une chance.

Pour d’autres, beaucoup d’autres, il s’agit d’une longue aventure de l’apprentissage du positif dans la vie adulte, une décision ferme prise à un moment donné.

C’est le cas de la majeure partie des individus et j’en fais partie !

Eh oui, être positif est une compétence qui s’apprend, comme n’importe quelle autre.

Si vous êtes sceptique à cette idée, c’est que vous entretenez peut-être des croyances du type « je suis trop vieux/vielle pour changer », « j’ai toujours fait comme ça, je ne vais pas changer maintenant », « A quoi bon, les autres n’ont qu’à m’aimer comme je suis » etc.

Ces croyances font partie de votre cadre de référence (vu plus tôt), et vous appartiennent.

Mais sachez que vous avez le choix de les modifier, si vous étiez curieux de voir ce qui se trouve de l’autre côté ;-).

Nous avons aussi le CHOIX de sélectionner le type d’information qui nous arrivent, quand elles nous arrivent et de qui elles nous parviennent.

Sélectionnez vos médias d’information ou bien faites carrément une diète médiatique !

Choisissez les horaires auxquelles vous souhaitez recevoir ces informations. Les news déprimantes du matin au lever aura le don de vous démoraliser et vous vider de votre énergie.

Et faites le tri parmi votre entourage pour sortir de votre cercle toute personne « toxique » qui aura tendance à vous plomber le moral en 5 mn !

LA VIE EST COURTE

Je finirai cet article sur cette idée car elle est centrale et remet tout en perspective, et surtout parce que nous l’oublions souvent: « La vie est courte et elle passe vite ».

Alors arrêtons de nous juger les uns les autres, pour ce que nous sommes, ce que nous devrions être, pour ce qu’ils sont, et pour ce qu’ils devraient être.

Soyons tolérants envers nous-même pour commencer, et puis envers les autres. Profitons de ce que la vie a à nous offrir !

Apprenons à prendre de la hauteur vis-à-vis des événements, des comportements des autres. Faisons l’effort d’aller chercher dans leur cadre de référence pour mieux comprendre pourquoi il/elle réagit ainsi, et vous changerez complètement votre manière de voir le monde et les autres !

Personnellement, j’ai développé la conviction – et là je parle donc de mon cadre de référence – que l’Homme a par nature de bonnes intentions et est bienveillant, qu’il partage les mêmes souhaits et désirs de paix et d’amour que les miens. Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord avec moi, mais vous pouvez aller chercher dans mon cadre de référence ce qui me fait dire ce que je crois ! 😉

Alors, pour répondre à la question de départ : oui, les gens positifs vivent dans le monde des Bisounours, car cela ne coûte rien de voir les autres sous leur facette positive ; cela nous fait juste grandir !

Positivement vôtre !

😉

Laure-Alessia

#PNL #positivité #psychologiepositive #communication #chiefhappinessofficer #rh #bonheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *